La première fois que j’ai lu le nom de Ramsès Bongolo, c’est à l’occasion de l’élaboration du livre, Franklin L’insoumis, d’après une idée de Marien Ngombé. J’avais entre autres comme charge de trouver des auteurs afin de nous accompagner dans cette belle aventure.

Quand il m’a passé son livre, Terrorisme d’Etat Opération Baracuda, j’ai été ravi car l’espionnage et les polars sont des genres que j’apprécie très particulièrement.

Tof

Combien d’Africains ai-je déjà lus dans ce genre ? Très peu en vérité et les derniers auteurs qui m’ont totalement emporté sont Florent Couao Zotti et Abasse Ndione.

J’ai dévoré son ouvrage mais je suis resté sur ma faim.

Pourquoi ? Parce que j’attends impatiemment la suite de cet ouvrage qui, à mon humble, et après en avoir discuté avec l’auteur, R. Bongolo, en augure d’autres et je ne sais pas jusqu’où il nous emmènera dans les aventures de Guerman Diawara et de sa très chère et tendre Beverly Archimède .

Oui, vous avez bien lu : Guerman Diawara. Il fallait oser… Associer les noms de Diawara (leader du M22) à celui de Guerman, un des guerriers de la triste période congolaise du 05 juin au 15 octobre 1997, période soldée par 15.000 morts (au moins) officiels..

Le livre fait à peine plus de 113 pages, donc, ne comptez pas sur moi pour vous parler en long et en large car j'aurais alors tout dit il n'y aura alors plus d'intérêts pour vous à le lire, sinon à l'acheter pour l'offrir car croyez-moi, il est très peu épais et ne pourrait caler aucun meuble.

Mais qu'il est intéressant, cet ouvrage. Jacques Moutarde comme haut officier, cela vous inspire quelque chose? Le général Baramoto, cela vous parle?

Nous sommes au Congo et en plongeant dans ce ruisseau qu'est ce bouquin, vous allez retrouver tous les personnages que je viens de citer. Le pays est dirigé par Mme Renée Portella, une Afrocentrique convaincue qui rêve des Etats-Unis d'Afrique. Hélas! pour elle, ce genre de rêve, ce genre de projets, ils sont encore nombreux, et pas toujours tapis dans l'ombre, à ne pas en vouloir car l'Agfrique est trop belle, à leurs yeux, pour demeurer entre les mains des Africains. C'est ainsi que la présidente Portella est appelée à gérer un sommet international de première importance et aussi le cas Guerman Diawara.

 

Vous avez l'eau à la bouche? Oh! A suivre...

 

Obambe NGAKOSO, August 2016 ©.